[./index.html.html]
[./textes.html]
[Web Creator] [LMSOFT]

 graphic’éécriture, la couleur, le dessin, la transparence... Ecrire une histoire, raconter son temps par une imbrication de mots et d’images, la peinture de Bruno Macé nous entraîne au rêve ou au cauchemar, selon les cas, mais toujours vers un ima­ginaire riche et suggestif. Que d’émotions soulevées par la puissance des thèmes choisis autant que par la brutalité des tâches de couleur projetées sur la toile ! Le passé ressurgit au hasard du regard et des mots piqués ça et là, et nous entraîne dans la douceur d’une invitation au voyage ou vers le gouffre d’un néant représenté par les statues ou les mas­ques défigurés venus d’Afrique ou sortis des catacombes d’Italie... Déchirures, liens, sang ou ciel, l’effroi parfait nous saisit dans ce tableau d’un monde d’où jaillissent, seuls vestiges de la civilisation, des lettres qui rappellent que les mots et le langage unissent et rapprochent quand la violence des hommes torture et détruit.

C’est le talent de Bruno Macé de susciter à la fois l’espoir et l’angoisse en peignant le monde tel qu’il est avec son cortège de richesses, mais aussi de souffrance, l’ombre de la mort rôdant sans cesse autour de nous.

En cela, Bruno Macé est un artiste complet qui a compris que la peinture n’était pas seulement une recherche de la beauté, mais une invitation à la réflexion. Peindre, c’est susciter le regard et la pensée, c’est aussi évoluer avec son temps et la peinture de Bruno Macé change, se diversifie dans la forme et dans son contenu. Voilà donc une oeuvre qui, aujourd’hui, est plus d’une distraction, c’est un travail utile et un bien précieux qui nous est livré ici par un homme courageux.

                                                            Jérôme Clément

                                  Président d'ARTE France